Edito

Nous militons pour un enseignement des sciences par l’expérimentation et le débat et pour faire connaitre comment la science se pratique actuellement dans les laboratoires de recherche fondamentale. Notre but est que les citoyens de tous âges puissent faire la différence entre un fait scientifique et une opinion et argumenter leurs prises de position.

La science se construit grâce aux connaissances créées dans les laboratoires de recherche. Mais à partir de quel moment les chercheurs décident-ils qu’un résultat obtenu est un fait scientifique valide ? Et combien de temps restera t-il valide ? La communauté scientifique internationale adopte la même démarche expérimentale et autocritique ses résultats continuellement, avant de les valider puis de les publier dans des revues scientifiques. Cette critique se poursuit par la suite afin de faire évoluer les résultats et éventuellement les remettre en cause.

Comment enseigner les sciences ? La simple transmission des résultats les transforme en dogmes voir en idéologies puisqu’ils sont exposés hors de leur contexte et donc présentés comme de simples affirmations. L’enseignant demande alors à l’auditoire de le croire sur parole. A l’inverse, l’enseignant ne peut redémontrer tous les résultats qu’il enseigne. La solution intermédiaire souvent utilisée consiste à montrer des expériences ou faire vérifier des résultats. Mais montrer ou vérifier n’est pas former les esprits au raisonnement critique en sciences.

La solution que nous proposons est de donner l’opportunité aux publics (élèves, étudiants, professionnels, public associatif, grand public) de suivre des stages expérimentaux où ils réalisent eux-mêmes les expériences en suivant une démarche scientifique, dans un contexte de laboratoire de recherche et encadrés par des chercheurs. Ils observent, réfléchissent, réalisent des expériences et les recommencent si nécessaire, discutent et présentent leurs résultats en les argumentant et les critiquant. Quelques stages ainsi suivis dans sa vie lycéenne ou adulte, suffisent à faire comprendre qu’un résultat scientifique est long à obtenir, objectif et sujet à évoluer voire disparaitre.

Pour seul exemple des méfaits des dogmes je voudrais donner celui de l’autisme où une médiatisation à outrance d’une théorie basée sur aucune expérimentation scientifique mais uniquement sur une opinion personnelle, a pollué le débat et empêché pendant plus d’un demi-siècle de prendre en charge correctement les jeunes patients souffrant d’autisme en faisant croire que cette maladie avait une origine psychologique alors qu’elle résulte d’un développement altéré de certaines régions du cerveau.

Constance HAMMOND


Institut de Neurobiologie de la Méditerranée | 163 route de Luminy, BP 13 | 13273 Marseille cedex 9 | www.touschercheurs.fr
info@touschercheurs.fr | Tel : 04-91-82-81-00 | Conception : E-partenaire